Acteurs de l'écosystème

Les principaux organismes identifiés comme compétents et assurant le métier d’accompagnement des entreprises innovantes sont les technopoles, les incubateurs, les Centres Européens d’Entreprises et d’Innovation, et les pôles de compétitivité.

Mais l’on trouve également sur les territoires de nouveaux acteurs et de nouveaux dispositifs aux nouvelles dynamiques et nouveaux modèles économiques et qui présentent des résultats probants.

Les technopoles

Support de la politique de développement d’un territoire à partir de l’innovation, la technopole favorise la fertilisation croisée. Animation et mise en réseau des compétences, création d’entreprises innovantes, promotion du territoire : telles sont les différentes composantes de la dynamique technopolitaine. Le label technopole est décerné par RETIS, relais national de l’IASP (International association of Science Parks and Business Incubators).

Les technopoles sont nées de l’initiative des acteurs locaux. Leur émergence n’a pas été normée par un cahier des charges mais résulte de la prise de conscience d’une nécessaire démarche concertée des responsables locaux en faveur de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Ainsi, la notion de technopole, et l’organisation qu’elle prend, sont variables selon les territoires. Aussi peut-on parler de « démarche technopolitaine », véritable dynamique d’innovation sur les territoires si les autorités responsables de développement local se mettent d’accord sur une stratégie de développement de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Cette stratégie de développement doit mobiliser plusieurs niveaux de collectivités locales, le monde de l’enseignement et de la recherche, le monde des entreprises. Elle doit être formalisée.

Chaque opération technopolitaine peut être évaluée à partir d’un référentiel qui définit le label et inclut trois familles de critères:

  • Le contexte territorial et partenarial
  •  L’organisation de la démarche
  • Les Missions technopolitaines développées
     
    • animation et mise en réseau des compétences scientifiques et industrielles
    • ingénierie de l’innovation et l’incubation
    • marketing territorial et accueil d’entreprises

Les incubateurs

Les incubateurs publics, dits « Incubateurs Allègre », sont les incubateurs d’entreprises innovantes liés à la recherche publique et soutenus par le ministère chargé de la Recherche, et dont la création fait suite à l’appel à projets de mars 1999, et à la loi sur l'innovation et la recherche de juillet 1999. Une trentaine d’incubateurs sont ainsi répartis sur le territoire national.

La mission des incubateurs publics est d’accompagner:

  • les porteurs de projets issus des universités ou laboratoires et souhaitant tester leur innovation ou leur technologie sur le marché en vue de créer leur entreprise
  • des créateurs d’entreprises issus d’autres écoystèmes mais ayant besoin d’apporter une brique technologique à leur projet pour le rendre compétitif et viable sur le marché

D’autres modèles d’incubateurs, dits « incubateurs privés » ou  « incubateurs d’écoles » existent (dont certains sont membres de RETIS), avec des missions similaires.

Il n’existe pas de modèle unique d’incubateur. Ce sont de véritables outils territoriaux d’appui à l’innovation, fortement ancrés dans leur environnement et avec une capacité d’adaptation à leur écosystème.

L’on trouvera ainsi sur certains territoires « pauvres » en outils d’appui à l’innovation de « super » incubateurs proposant une offre de service élargie comme par exemple l’Incubateur PREMICE en Bourgogne, et sur d’autres territoires, des incubateurs remplissant une mission plus ciblée et complémentaire aux autres outils existants (CEEI, technopoles, pépinières, écoles, plates-formes de valorisation, outils financiers etc…), comme par exemple l’incubateur PACA Est sur le Var et les Alpes Maritimes.

Certains Incubateurs sont spécialisés comme Paris Biotech ou Agoranov à Paris, et il existe même un incubateur national et thématique : l’incubateur Belle de Mai, basé à Marseille et spécialisé dans le Numérique.

La majorité des incubateurs sont portés par des Associations Loi 1901.

Prenez connaissance des chiffres-clés 2013 des incubateurs membres du réseau.

Les CEEI

Les Centres Européens d'Entreprises et d'Innovation (CEEI) ou European Union Business and Innovation Centres (EU BIC) – dénominations officielles – sont des organismes de soutien aux PME et aux entrepreneurs innovants. Ils ont pour objectif « la détection et l'accompagnement de projets de création d'entreprises innovantes ou de développement d'entreprises existantes par l'innovation ».

Les CEEI ont été créés en 1984 par la Commission Européenne. Le réseau est constitué de 160 BIC localisés dans 21 pays de l’Union Européenne (UE). En France, 25 BIC, plus précisément appelés CEEI, sont labellisés par l’UE. Ils sont reconnus par la Commission européenne sur la base d’une certification de qualité qui permet l’obtention du label européen « EU BIC ».

Investis d’une mission d’intérêt public, ils sont constitués par les principaux acteurs économiques d’une zone ou d’une région pour offrir une gamme de services intégrés d’orientation et d’accompagnement de projets de PME innovantes, et contribuer ainsi au développement régional et local.

Les CEEI sont réunis dans un Réseau européen, European BIC Network (EBN). Ce Label concrétise la capacité d’acteurs locaux à mettre en place un système d’accompagnement et de services au bénéfice des porteurs de projets d’activités innovantes. Les services fournis aux entreprises par les CEEI correspondent aux fonctions suivantes :

  • L’évaluation de projets innovants et de porteurs de projets ;
  • L’orientation stratégique et l’accompagnement des projets d’entreprise, par l’élaboration de plans d’affaires appropriés et de haute qualité (ceci s’applique naturellement à toutes les dimensions du projet: produits, marchés, organisation, financement, applications TIC, fiscalité, ressources humaines, marketing, politique commerciale, ...) ;
  • La facilitation de l’accès aux financements et aux partenariats ;
  • L’appui au processus d’internationalisation des entreprises, et la recherche de partenaires et de clients sur les marchés extérieurs à la région d’implantation du CEEI ;
  • L’organisation de la coopération territoriale interentreprises (essaimage, regroupement d’entreprises, «clustering », sous-traitance) ;
  • L’hébergement des nouvelles entreprises et des porteurs de projets dans des incubateurs dotés d’équipements et services communs (les CEEI contribuent ici à la création et à l’animation de véritables «communautés d’entrepreneurs ») ;
  • L’offre de programmes de formation entrepreneuriale spécifique ;
  • Le suivi des projets après leur lancement.

Les CEEI apportent également des services aux collectivités territoriales, parmi lesquels le lancement d’initiatives de promotion de l’esprit d’entreprise, de détection de projets innovants, de diffusion de l’innovation, etc.

Les pôles de compétitivité

Un pôle de compétitivité rassemble sur un territoire bien identifié et une thématique donnée, des entreprises petites et grandes, des laboratoires de recherche et des établissements de formation. Il a vocation à soutenir l'innovation, favoriser le développement des projets collaboratifs de recherche et développement (R&D) particulièrement innovants.

Le développement des pôles de compétitivité s’inscrit dans la nouvelle politique industrielle de la France, mise en place en 2004. Dans ce cadre, les pôles ont vocation à mobiliser les facteurs clefs de la compétitivité, dont la capacité d'innovation, et pour développer la croissance et l'emploi sur les marchés porteurs. 

L’enjeu est de s’appuyer sur les synergies et la confiance créée entre les acteurs par l'intermédiaire de coopération concrète dans des projets collaboratifs et innovants. Il s'agit de permettre aux entreprises impliquées de prendre une position de premier plan dans leurs domaines en France et à l’international.

D'autres partenaires, dont les pouvoirs publics nationaux et locaux, sont associés à cette dynamique.

Source : http://competitivite.gouv.fr/politique-des-poles-471.html

Les nouveaux acteurs : zoom sur les Accélérateurs

Accélérateurs de start’ups, couveuses d’innovation,… les nouveaux dispositifs d’accompagnement des entreprises innovantes foisonnent.

Le concept des accélérateurs, par exemple, propose un nouveau modèle de financement et des programmes d’accompagnement accéléré (de 3 à 6 mois) comprenant « une combinaison originale de mentorat et d’émulation par le groupe pour passer de l’idée au business »*. Une phase de sélection, du travail, du coaching et de la formation, et, généralement,  un financement d’amorçage contre une part du capital : telle est la recette des accélérateurs de start’ups.

Le phénomène, qui a émergé aux Etats-Unis en 2005, est celui-là même qui a porté Dropbox et Airbnb. Aujourd’hui, le modèle a essaimé en Europe et en Asie. En France, les territoires ont su s'en saisir et se mobilisent autour de ces enjeux.

*Sources : http://siliconsentier.org/le-camping/ et http://www.business-angel-france.com/quel-avenir-pour-les-accelerateurs-de-startups

Retrouvez plus d’informations sur les acteurs de l’innovation membres de RETIS dans l’annuaire du réseau.